Diminuer son ISF grâce à l’immobilier

réduire ISF

isf

Ce sont majoritairement les biens immobiliers qui amènent un contribuable à être assujetti à l’ISF. C’est pourtant l’investissement immobilier qui peut lui permettre d’en sortir. Un contribuable lourdement imposé pourra par exemple démembrer certains biens, se tourner vers la location meublée professionnelle ou encore investir dans la vigne pour diminuer son ISF.

 

Démembrer un bien immobilier pour diminuer son ISF

Le démembrement immobilier consiste à séparer la nue-propriété (droit de posséder) de l’usufruit (droit d’exploiter et de jouir). Seuls les biens détenus en usufruit entrent dans le calcul de l’ISF. Il est alors possible de céder temporairement l’usufruit d’un bien immobilier pesant lourdement dans l’impôt solidarité fortune, pour ne conserver que la nue-propriété.

Mais le fisc veille. Le centre des impôts pourrait estimer que des parents font don de l’usufruit à leurs enfants uniquement dans le but d’échapper à l’ISF. Il est donc prudent de s’adjoindre les conseils d’un gestionnaire de patrimoine pour présenter un projet fiable.

 

Devenir loueur meublé professionnel

Les biens immobiliers détenus dans le cadre d’une activité professionnelle n’entrent pas dans le calcul de l’ISF. Justement, un particulier possédant des biens immobiliers meublés dont la rente locative représente plus de la moitié de ses revenus, peut demander le statut de LMP (Loueur Meublé Professionnel). Une fois ce statut acquis, ces biens locatifs meublés ne sont pas comptabilisés dans l’assiette ISF.

Qui plus est, étant considéré comme professionnel et inscrit au registre du commerce, le LMP peut prélever une part des loyers perçus afin de cotiser pour sa retraite. Les avantages fiscaux ne sont pas en reste, avec un abattement de 50 % sur les revenus locatifs ou la possibilité de déduire toutes les charges relatives à l’exploitation des logements, y compris l’amortissement mobilier et immobilier.

 

Investir dans la vigne

Le vin français a la cote auprès des nouveaux riches des pays émergeant, ce qui est déjà une bonne raison pour investir dans la vigne. Mais surtout, sur 100 000 € de vigne possédée, seuls 25 000 € entre dans le calcul de l’ISF.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *